Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
136
les drames du nouveau-monde

— Au village des Shawnees sur le bord du Miami.

— Nous allons de ce côté : nous accompagnerons notre frère.

— Oonomoo marche contre eux en ennemi : il va délivrer une fille face-pâle tombée entre leurs mains. Mes frères Miamis sont amis des Shawnees.

— Ils sont amis d’Oonomoo qui a sauvé un de leurs guerriers : ils le conduiront dans leur canot.

— Les pieds d’Oonomoo sont comme ceux du daim, ses yeux comme ceux de l’aigle : il suit sa route la nuit à travers les bois, il marche du lever du soleil jusqu’à son coucher sans être fatigué.

— Nous savons que notre frère est brave et infatigable, mais ses amis Miamis le transporteront aussi loin qu’il voudra traverser la forêt, ils le déposeront sur le rivage.

Il n’y avait pas moyen de décliner ces offres officieuses : le Huron se décida à les accepter ; toutefois, il ne demanda point l’assistance des Miamis pour son expédition, sachant bien qu’ils ne voudraient pas combattre des alliés. À cette