Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
rayon-de-soleil

Cela faisait on ne peut mieux les affaires de Vanderbum : il se hâta d’en profiter, dès qu’il se trouva seul avec miss Prescott.

— J’ai vu Oonomoo, lui dit-il en manière d’introduction.

— Ah ! vraiment ! s’écria la jeune fille tressaillant d’espérance !

— Oui… et une autre personne aussi… vraiment !

Le charmant visage de la captive se colora d’une vive rougeur ; le Hollandais, tout naïf qu’il était, comprit qu’il n’avait pas besoin de nommer cet autre.

— Oui ! poursuivit-il, je l’ai vu aussi.

— Et qu’a-t-il dit ?

— Oh ! pas grand’chose ! il a grincé des dents, et puis, il a ri comme un âne. Que le tonnerre noir le confonde ! il a failli me tuer.

Miss Prescott était confondue de ce qu’elle entendait ; il lui paraissait inconcevable qu’on parlât ainsi de son ami.

— Je ne puis vous comprendre, mon bon ami, répondit-elle avec désolation ; pourquoi vous exprimez-vous ainsi ?

— Eh ! que puis-je dire ? il a dégringolé du sommet d’un arbre sur ma tête, m’a en foncé mon