Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
164
les drames du nouveau-monde

— Je suppose que vous ne m’engagerez pas à manger de cet assaisonnement ?

— Non, en vérité ! car je serais prodigieusement embarrassé si je vous voyais engourdie par un profond sommeil au moment de fuir.

— N’ayez pas peur ; il n’y a pas de danger que j’aie faim, après ce que vous venez de me dire.

— C’est bien, souvenez-vous bien, et n’oubliez pas… Je sens que je vais un peu mieux maintenant, ajouta-t-il, changeant subitement de ton et d’attitude.

Il venait d’entrevoir sa gracieuse épouse debout sur le seuil de la porte, et se hâtait d’improviser quelques paroles insignifiantes.

— Décidément, oui, me voilà bien, poursuivit-il ; je vais un peu à la pêche, ma chère Fraü ; qu’en pensez-vous ?

— Je pense que vous ferez bien.

— Ma charmante, donnez-moi ma ligne et mes hameçons pendant que j’allume ma pipe.

La ménagère accéda à son désir, et quelques minutes après, Hans Vanderbum partait, équipé de toutes pièces. Il ne manqua pas de lui recommander plusieurs fois de ne rien préparer pour le repas avant son retour. La bonne femme était