Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
163
rayon-de-soleil



c’est ma fraü ; nous nous sommes mariés il y a six ou sept ans. Un joli nom, ça ! Savez-vous ce qu’il signifie ?

— Non ! je n’en ai pas la moindre idée, répliqua la jeune fille, se prêtant de bonne grâce au babillage expansif du gros bonhomme.

— Il signifie : « Le Lys qui conserve toujours sa beauté. » Que dites-vous de ça ?

— Mais votre « Lys » me laissera-t-il partir ?

— C’est justement ce que j’allais vous expliquer. — Ah ! à propos, quel nom vous figurez-vous que vous ont donné les Shawnees ?

— Je l’ignore ; cela m’intéresse peu.

— Ils vous appellent Waw-be-be-nais-sa !

— Et cela veut dire ?

Rayon-de-Soleil !! Est-ce joli, ça ?

— Oui, mon bon ami, c’est charmant… : mais continuez, je vous en prie, les choses plus sérieuses que vous aviez à me dire.

— Oui, vous avez raison. Je vais partir pour la pêche et je ne reviendrai que ce soir. J’apporterai du poisson pour souper. Le Huron m’a donné quelque chose que je mêlerai à la nourriture : ça endormira ma femme et mes enfants ; pendant ce temps nous nous esquiverons adroitement.