Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
182
les drames du nouveau-monde

— Votre père était en parfaite santé, lorsque je l’ai quitté, il y a quelques jours. Il ignorait la terrible catastrophe et l’ignore peut-être encore. Je n’ai pas vu votre mère ni votre sœur, et ne sais rien à leur sujet ; tout me porte à croire qu’elles doivent être bien en peine.

— Oh ! c’est vrai ! quand donc pourrai-je être auprès d’elles ? Je vous en supplie… !

— Aïe ! aïe ! je m’endors ! s’écria Vanderbum.

— Vous avez pris de la drogue ? demanda Oonomoo.

— Oui, et beaucoup plus que ma femme encore !

— Alors, sauvez-vous vite, rentrez chez vous ; le sommeil vous surprendrait en route, vous ne pourriez plus vous éveiller.

— Oui ! je cours.

Avant qu’on lui eût répondu, Hans aiguillonné par la peur de se trouver endormi avant d’arriver chez lui, courait, trébuchait à travers bois, avec une diligence inouïe.

Sa promptitude le déroba aux remerciements de Canfleld et de miss Prescott qui se disposaient à lui témoigner toute leur reconnaissance.