Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
rayon-de-soleil

Ce jour là, entraîné par ses pensées profondes, il s’installa sur la dernière branche qui s’avançait au-dessus de l’eau plus loin que toutes les autres.

Ainsi perché au milieu du feuillage tremblant, il ressemblait assez bien à un gros ours brun fourvoyé dans quelque excursion de grapillage.

Une fois bien assis solidement, il concentra toute son attention sur sa pipe et sa ligne : on l’eût bien étonné si on lui avait dit que plusieurs groupes de Shawnees l’observaient d’un œil curieux et moqueur.

Au bout de quelques minutes, le flotteur de sa ligne se trémoussa vivement, il donna un coup de main habile, et tira de l’eau un beau poisson qu’il jeta tout frétillant sur la rive.

— Fameux ! fameux ! murmura-t-il ; voilà un début qui promet ; ma Fraü sera contente, j’imagine ; eh ! pourquoi ne le serait-elle pas ? Oui, je serai bien reçu, de par tous les… !

Hans jouait de malheur ; son monologue se termina à six pieds sous l’eau : la branche qui lui servait de siège venait de se rompre, lui laissant faire un monstrueux plongeon dans la rivière.