Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
les drames du nouveau-monde

Grâce à l’énorme volume de sa grasse personne, il reparut bientôt à la surface, roulant comme un tonneau, soufflant comme un marsouin, aux retentissants éclats de rire de tous les spectateurs.

— Race de singes ! vermine sauvage ! grondait-il en nageant vigoureusement vers le bord ; Quanonshet et Madokawandock ont juré la mort de leur pauvre père ! c’est là leur fait, je les reconnais ! ils ont tranché la branche à coups de hache. Oh ! quelle capilotade j’en vais faire, tout à l’heure !

Examen fait de sa personne, il constata que la ligne n’était point perdue ; un hameçon s’était piqué à ses vêtements. À tout prendre, ce bain, quoique forcé, n’avait eu aucun mauvais résultat, sa pipe lui était restée aux dents ; Hans Vanderbum résolut de continuer ses méditations.

Avant tout, il examina soigneusement le terrain, pour savoir si ses charmants héritiers présomptifs n’auraient point tendu d’autres embûches : rassuré sur ce point délicat, il se replaça dans son arbre et en quelques minutes il eût oublié l’univers entier, ses fils, les Shawnees, et même son plongeon de tout à l’heure.