Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
222
les drames du nouveau-monde



son cœur il y avait pardon pour les Shawnees, qu’il ne désirait point leurs chevelures, qu’il n’en avait point scalpées depuis longtemps, depuis que la lumière du Grand Esprit était venue luire à ses yeux.

Il resta immobile et muet quelques instants ; ensuite il prononça le nom de Niniotan.

— Je suis toujours devant vous, Père, répondit l’enfant.

— Mon fils, sois un guerrier Huron, comme Oonomoo l’a été. N’enlève jamais le scalp à un ennemi, ne tue que dans un combat honorable : vis et meurs en chrétien.

Suivant son usage lorsqu’il parlait à sa femme ou à son fils, Oonomoo s’était exprimé en idiome Huron : le missionnaire seul pouvait le comprendre.

— Lisez-nous le Bon Livre, ajouta Oonomoo en essayant d’entr’ouvrir les yeux.

Le missionnaire chercha hâtivement sa Bible ; mais dans la précipitation de sa course il l’avait perdue.

— Voilà la mienne, dit Flwellina, prenez-la sur ma poitrine.

Le capitaine Prescott la remit au missionnaire ;