Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
les drames du nouveau-monde



que, du reste, elle compte sur vous, espérant bien que, sans trop vous exposer, vous la délivrerez.

— Oonomoo ne craint personne ! il corrigera les Shawnees comme des chiens ; il délivrera la jeune fille tout de suite.

— Ah ! Que je n’oublie pas ceci ! Elle m’a dit pour le lieutenant Canfield exactement ce qu’elle m’a dit pour vous. Pensez-vous le voir bientôt.

— Je le verrai tout à l’heure ; il m’attend près d’ici dans les bois. Je lui rapporterai les paroles de la jeune fille.

— Tout ça me fait plaisir à savoir, Oonomoo. Je suppose qu’on vous reverra bientôt par ici.

— Bientôt ; je ne serai pas seul — avertissez la jeune fille — que ses yeux regardent là où elle entendra un sifflement… que ses oreilles soient ouvertes. — Et vous aussi, écoutez bien !

— Parfaitement ! suffit ! Tout à l’heure, si je n’ai pas deviné que c’était vous, c’est parce que je ne m’y attendais pas. Maintenant, je suis averti, j’aurai l’oreille prompte, soyez tranquille ! vous partez ?

Le Huron fit un signe affirmatif et disparut comme une ombre, ainsi qu’il était venu. Hans