Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


RAYON-DE-SOLEIL


CHAPITRE PREMIER

hans vanderbum

— Finissez donc ce bruit ! finissez donc ! finissez ! vociféra Hans Vanderbum, cramoisi de fureur ; mais voyez donc ! Ils ne m’écoutent seulement pas !

Cette scène orageuse d’intérieur se passait au fond d’une forêt vierge de l’Ohio, à peu de distance de la rivière Miami. Dans une clairière s’élevait un village indien de vingt-cinq ou trente cabanes, ressemblant à un rucher gigantesque dont les habitants entraient, sortaient, couraient çà et là, comme des abeilles.

Sous les joyeux rayons du soleil levant s’épa-