Page:Aix - Histoire des Croisades, tome 1.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
53
histoire des croisades ; liv. ii.

en jour en silence et en paix à travers le royaume de Hongrie, trouvant partout juste mesure et bon prix, et ils arrivèrent auprès du fleuve de la Drave. Là ayant réuni beaucoup de bois et tressé des claies d’osier, ils traversèrent le fleuve : le roi s’avançait aussi marchant sur la gauche avec une nombreuse escorte de cavalerie, et conduisant à sa suite Baudouin et les autres otages jusqu'à ce qu’on fût arrivé au lieu appelé Francheville. Les pèlerins y demeurèrent trois jours, achetant à prix d’argent toutes les denrées dont ils avaient besoin ; puis ils descendirent vers Malaville et passèrent cinq nuits sur les bords de la Save. Le duc et les autres princes de l’armée apprirent alors qu’une nombreuse troupe de l’empereur de Constantinople était venue en ce lieu pour s’opposer à l’entrée des pèlerins dans le royaume de Bulgarie. Ils résolurent aussitôt d’envoyer en avant et de l’autre côté du fleuve une partie de leurs gens bien armés afin de contenir les ennemis, chevaliers de l’empereur, tandis que le peuple traverserait la rivière. On ne trouva sur ses bords que trois bâtimens sur lesquels mille chevaliers cuirassés passèrent vers l’autre rive pour en prendre possession. Le reste de l’armée, après avoir tressé des claies d’osier et rassemblé des bois, passa sur le bord opposé.

À peine le peuple y était-il parvenu, ainsi que son chef, que voilà le roi qui arrive avec toute son honorable escorte, avec Baudouin, le frère du duc, sa femme et tous les otages, et qui les remet tous entre les mains du duc. Puis ayant donné au duc et a son frère des témoignages de son extrême affection, en leur offrant de nombreux présens et en leur laissant le baiser de paix, il rentra dans son royaume. Le duc et