Page:Albanès,Les mystères du collège,1845.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


te prend donc, poëte ? — Au diable ! — Ah çà, mais il est fou…


Albanès,Les mystères du collège,1845 152a.jpg



Comment, mon cher, tu as oublié que si la poésie et la peinture sont sœurs, la poésie et la musique ne le sont pas moins ? — Oui, la poésie et la musique sont sœurs, mais il ne faut pas qu’elles habitent ensemble. — Ah ! c’est différent. — Tiens, tiens, qu’est-ce que fait donc Arthur là, si bien actionné près du mur ? — Mais, Dieu me pardonne… Non, non… Ma foi, je ne


Albanès,Les mystères du collège,1845 152b.jpg



me trompe pas… il fait notre charge sur le mur même, afin