Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
JACK ET JANE.

dans la chambre des oiseaux. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Il tenait à la main une longue corde terminer par une sorte de cornet, et il riait tout seul de ce qu’il faisait.

« C’est sans doute un petit pétard ou quelque chose comme cela pour m’effrayer, pensa Jane. Je crierai bien fort quand cela partira ; Jack croira que j’aurai eu très peur et il sera ravi. »

Elle ne s’imaginait guère que c’était une dernière surprise.

Frank s’approcha d’elle.

« Dormez-vous ?

— Non.

— Êtes-vous seule ?

— Oui.

— Eh bien, prenez ceci, posez-le tout contre votre oreille, et écoutez attentivement. »

Jane obéit, non sans une certaine appréhension. Jugez de sa stupéfaction en entendant assez distinctement ces paroles touchantes :

« Je suis fâché de ce qui s’est passé. Pardonnez et oubliez. Nous réparerons cela demain. »

Jane, ravie, lut un instant sans pouvoir parler, puis elle répondit de sa voix la plus douce :

Je suis fâchée aussi, j’ai eu plus de tort que vous, je ne recommencerai plus jamais, jamais ! C’est fini à présent, j’ai votre bague, elle ne me quittera plus. Bonsoir. »

Frank partit, satisfait du succès de son téléphone, et Jane s’endormit, la joue appuyée sur la main qui portait sa petite bague, en se répétant encore :

« Je n’oublierai pas, je serai sage. »