Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
MERRY ET MOLLY.

Elle jeta les yeux autour d’elle. La salle à manger était dans un teL désordre que, si les Siamois vivent ainsi, il est grand temps qu’on aille les civiliser. La table n’était pas débarrassée ; il y avait du café, du pain, des coquilles d’œufs et des épluchures de pommes de terre tout au travers de la nappe. Une unique saucisse trônait au milieu d’un grand plat, le chat ayant déjà emporté la moitié de ce qui restait sur la table, ce qui n’avait rien de surprenant. Les meubles étaient couverts de poussière, le poêle malpropre et le tapis plein de miettes de pain. Boo, assis sur le sofa, la main passée dans un trou du dossier, était très occupé à chercher les trésors qu’il y avait cachés comme une vraie petite pie voleuse. Molly s’imaginait avoir suffisamment soigné et arrangé son petit frère le matin ; mais je ne sais comment il se fit que, ce jour-là, elle le vit tel qu’il était en réalité. Elle soupira en songeant à la corvée qui l’attendait. Ce n’était pas une petite affaire de laver Boo de fond en comble et de démêler complètement chacune de ses boucles de cheveux.

« Je vais d’abord débarrasser tout cela, » se dit Molly en prenant une pile d’assiettes avec une énergie qui promettait de nombreux dégâts.

Miss Bat, qui se traînait languissamment dans la cuisine, fut tellement surprise d’entendre Molly lui demander poliment de l’eau chaude et des torchons propres, qu’elle faillit en laisser tomber sa tabatière.

« Quelle est cette nouvelle lubie ? lui demanda-t-elle. Vous ne vous inquiétez pas de cela habituellement. Enfin ! cet accès d’ordre ne durera pas. Je ferai aussi bien d’en profiter aujourd’hui. »