Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE IX

LE CLUB DES DÉBATS


« Les vacances sont finies, dit un jour Frank à Gustave, il faut penser aux choses sérieuses. Si nous convoquions le club pour ce soir ? Qu’en dites-vous ?

— C’est une bonne idée. Chez qui et sur quel sujet ? demanda laconiquement Gustave.

— Chez qui ? Chez les Minot donc. Quel sujet ? Les filles ont-elles le droit d’aller au collège avec nous ? Leur éducation, par l’externat, peut-elle être commune avec la nôtre ? C’est là un problème qui préoccupe tous les esprits. Puisqu’il faut que nous arrivions à voter pour ou contre, autant l’examiner tout de suite sous toutes ses faces, de manière à nous faire une opinion réfléchie sur une question si importante. »

Frank et les autres membres du club avaient la conviction que leurs débats ne pourraient manquer de jeter une grande clarté sur cette matière délicate.

« C’est entendu, dit Gustave. Holà, Édouard, le club des Débats se réunira ce soir à sept heures précises chez les Minot. Faites-le savoir autour de vous.

— Je n’y manquerai pas, » répondit Édouard.