Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
117
LE CLUB DES DÉBATS.

personne n’a veillé sur lui, et il a fait des sottises comme nous en aurions sans doute fait nous-mêmes dans sa triste situation. Je suis persuadé qu’il changerait si nous lui permettions d’être des nôtres. Voyons, donnez-lui cette chance de se réchapper. »

Édouard jeta un regard de supplication sur Gustave et Frank. Il savait que, si ces deux-là voulaient le soutenir, sa cause serait gagnée. Mais Gustave hocha la tête, et Frank répondit seulement :

« Édouard oublie que notre règle nous interdit d’être plus de huit. Nous sommes au complet.

— Je suis trop occupé pour venir à toutes les réunions, dit Édouard ; je donnerai ma démission, et Bob prendra ma place. »

Il fut interrompu par des protestations énergiques.

« Non, non ! Nous ne voulons pas de cela. Nous n’acceptons pas votre démission ! a crièrent ses amis tous à la fois.

Joë, qui ne savait jamais être agréable tout à fait, s’écria :

« Vous nous préparez là une mauvaise opération ; l’échange d’un cheval borgne contre un aveugle ne peut tenter personne.

— Grand merci, dit Édouard ; le fond de votre avis est flatteur, mais la forme ne l’est guère. »

Jack demanda la parole :

« Je suis le plus jeune et je ne vous manquerai pas : que Bob prenne ma place ! » s’écria-t-il.

Il voulait soutenir édouard à tout prix.

« Cela pourrait sans doute aller comme cela, murmura Frank d’un air indécis, cependant… »