Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
124
JACK ET JANE.

semble les charges de la vie, il est bon qu’une éducation commune les y prépare dès l’enfance. Quand on doit avoir à pratiquer les mêmes devoirs, il me paraît naturel qu’une instruction égale y dispose les dames ainsi que les messieurs. L’éducation séparée ne peut rendre propres ni les uns ni les autres à l’accord d’idées nécessaire à la vie de famille qui les attend. Je vote contre l’éducation séparée. »

Cette conclusion enleva tous les suffrages ; elle fut couverte par un tonnerre de hourras et de bravos, et il ne fallut pas moins que l’arrivée d’une bonne portant un plateau de rafraîchissements pour faire diversion au succès de Ralph.

Le président mit fin à la séance en invitant les membres du club à se servir d’abord, puis à s’amuser.

Ils s’amusèrent si bien, pour le dire en passant, que la cérémonie se termina par l’exécution d’une danse de guerre indienne.