Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XIII

LE SECRET DE JACK


Qu’avez-vous donc, Jack ? Où avez-vous mal ? demanda Jane un soir du mois de mars, en voyant Jack s’accouder et tenir sa tête à deux mains. C’était une attitude qui chez lui dénotait soit un chagrin, soit une douleur physique.

— Je n’ai mal nulle part, répondit-il, mais je suis ennuyé. J’ai besoin d’argent et je ne sais comment en trouver. »

« Combien vous faut-il ? dit Jane en tirant son porte-monnaie.

— Trois dollars ; mais je vous remercie, Jane ; je ne veux rien emprunter à personne.

— Pourquoi est-ce faire ?

— Impossible de vous le dire.

— Comment ! Moi qui croyais que vous me disiez tout. Comment allez-vous faire ?

— Ne vous en inquiétez pas. Je trouverai un moyen.

— Si vous demandiez à votre mère ?

— Je n’y tiens pas.

— Vraiment, vous ne voulez pas même le lui dire à elle ?