Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
183
JANE ÉCLAIRCIT LE MYSTÈRE.

la première fois avoir de très mauvaises notes. Nous sommes tous très malheureux, mais nous ne voulons pas croire qu’il soit coupable.

« Je ne sais pas pourquoi il me semble que vous savez la vérité. C’est là ce que je voulais vous demander. Veuillez me répondre le plus tôt possible.

« À vous,
« Jane Peck. »


Pour être bien sure que personne n’ouvrirait sa missive, Jane y apposa un énorme cachet de cire rouge. Cela lui donnait un aspect ministériel qui ne pouvait manquer d’imposer à Bob.

« Là ! j’ai fini, fit la petite fille en poussant un soupir de soulagement. Allez vite mettre ceci à la poste et prenez bien garde de ne pas être vu. »

Frank quitta son livre avec une promptitude rare. Quand il vit l’adresse, il dit à Jane pour la taquiner :

« Vous êtes donc bien intime avec Bob ? Qu’en dira Jack ?

— Je ne sais pas. Cela m’est fort égal. Voyons, Frank, soyez gentil. Nous aurons notre petit secret à nous deux, car je vous dirai tout, quand Bob aura répondu, dit Jane de son ton le plus câlin.

— Et s’il ne répondait pas ?

— Je vous enverrais là-bas. Il faut que je sache la vérité ; mais je préférerais la découvrir moi-même.

— Mais je crois vraiment que… »

Jane poussa un petit cri et interrompit Frank.

« Chut ! lui dit-elle, ne parlez pas si haut. Oui, je crois que je suis sur la voie, j’en suis même presque sûre.