Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XV

LES MIRACLES DE SAINTE LUCY


Le lendemain de ce jour où Jane avait découvert le secret si bien gardé de son ami fut un heureux jour pour Jack. Il reçut la récompense de toute sa semaine de souffrances. Ce fut d’abord la visite de M. Acton : Mme Minot l’avait mis au courant de l’histoire, et il promit à Jack de le disculper devant tous ses camarades ; sans cependant accuser Bob. La réparation devait être publique comme l’accusation.

Les éloges de M. Acton firent rougir Jack jusqu’aux oreilles. Sa joie fut au comble lorsque son maître effaça les mauvaises notes qu’il lui avait données la veille, et mit, en regard du mot conduite, le chiffre 1000 qui n’avait jamais été donné.

Après quoi Mme Minot emmena son fils chez le capitaine Skinner. Ils partirent en voiture. Jack conduisait lui-même. Quelle différence avec le voyage précédent ! Il en fit confidence à sa mère. Que de peines il avait eues ! Il avait glissé ; il était tombé, s’était fait mal au genou, tordu le pied, etc. Il enfonçait dans la boue jusqu’à la cheville ; le vent lui piquait les yeux, il faisait