Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
229
DANS LA VALLÉE.

donner que lorsque vous seriez devenue assez raisonnable pour les mériter. Je crois que le moment est venu. Maintenant, vous pourrez prendre tout ce qui lui a appartenu. Je ne puis mieux vous récompenser. Vous êtes une bonne petite fille, et vous ressemblez beaucoup à votre pauvre mère. »

Il ne put continuer. Molly passa ses bras autour de son cou et lui dit d’une voix tremblante :

« Merci, père. C’est une récompense que je préfère à toute autre. Je tâcherai de lui ressembler encore plus. »

Son père l’embrassa et se détourna pour chercher, soi-disant, quelque chose dans son bureau.

« J’ai des lettres à écrire, lui dit-il. Allez vite vous coucher, mon enfant. Bonsoir, Molly, bonsoir ! »

Molly comprit qu’il avait besoin d’être seul. Elle se souvenait bien de sa chère mère, et elle avait souvent désiré voir les souvenirs déposés dans cette unique chambre de la maison où miss Bat n’était jamais entrée. Ces clefs étaient pour elle un cadeau inappréciable, et, tout en se déshabillant pour se coucher sagement, elle oubliait les robes promises pour ne plus songer qu’aux vêtements à demi-usés qu’elle déplierait si tendrement le lendemain.

Quand elle finit par s’endormir, le bras autour de Boo, et les clefs sous son oreiller, ses joues étaient mouillées de larmes de bonheur.

Vous voyez, chers lecteurs, que nos trois petites amies réussirent mieux que la première fois. Aucune d’elles n’était encore parfaite ; mais elles apprenaient lentement, chacune de son côté, les trois grandes leçons suivantes :