Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
JACK ET JANE.

rouge où tous les jeunes gens étaient les bienvenus, et où Frank régnait sans partage.

« Avez-vous moins mal, mon chéri ? demanda Mme Minot en se penchant vers la tête blonde qui avait cessé de s’agiter depuis quelques minutes.

— Je ne souffre pas moins, mais j’oublie mon mal en écoutant la musique. Ce cher Édouard me joue tous mes airs favoris. Qu’il est bon ! Je suis sûr qu’il est très fâché que je sois malade ?

— Tout le monde l’est mon enfant. Frank ne pouvait plus parler, tant il était ému ; Gustave s’est passé de dîner pour nous aider plus longtemps, et Joë a rapporté les débris de votre pauvre traîneau, parce qu’il ne voulait pas que personne le prît, et aussi, a-t-il ajouté, parce que vous auriez peut-être envie de le conserver comme souvenir de votre chute. »

Jack essaya de rire, mais son rire était forcé. Pourtant il parvint à dire gaiement :

« C’est très bien de sa part, car j’avais refusé de le lui prêter, de peur qu’il ne me l’abîmât. Il n’aurait pas pu mieux le casser que moi, cependant, n’est-ce pas, mère ? Je ne crois pas que j’aie besoin de ces morceaux pour me rappeler cette chute-là. C’est dommage que vous ne nous ayez pas vus, mère, c’était une magnifique cabriole, à regarder tout au moins.

— Je ne regrette pas du tout de n’avoir pas été là. Je ne veux même pas me représenter mon cher trésor roulant le long de cette affreuse colline jusqu’au précipice de la route. Vous ne me jouerez plus de tours pareils, n’est-ce pas, Jack ?

— Soyez tranquille, mère. Plus de glissade d’ici au