Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE V

MYSTÈRES


Il y avait dans le village d’Harmony, comme dans la moindre ville d’Amérique, un grand nombre de clubs ; mais les amusements de la jeunesse nous intéressent seuls, et nous ne parlerons que des siens, car les enfants en ont comme les grandes personnes. Il va sans dire que ces réunions si en usage chez nous, et tout à fait inusitées, du moins pour les enfants, dans la plupart des nations européennes, n’avaient pour les petits aucun caractère politique.

Il y en avait deux : le Club des Débats, qui était celui des petits garçons, et le Club dramatique que les petites filles avaient fondé tout récemment. Dans le premier, on entendait des discours impossibles ; dans le second, on voyait représenter hardiment toute espèce de choses, depuis Hamlet jusqu’aux immortels contes de fées de tous les pays. Les deux clubs réunissaient souvent leurs attractions. Le résultat en était merveilleux. Les jeunes actrices écoutaient complaisamment les discours des orateurs en herbe. En réalité, l’un et l’autre club avaient du bon. Les enfants y apprenaient à exprimer leur pensée sans embarras, et ils occupaient agréablement