Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
65
LES SURPRISES.

avec du houx aux baies rouges : Un joyeux Noël à tous !

« Comment trouvez-vous cela, ma chérie ? demanda Mme Minot à Jane. Voilà la surprise que nous vous réservions, ainsi qu’à Jack. Nous espérons que vous passerez ici tous les deux des jours heureux.

— C’est si joli que je ne sais comment vous remercier, » lui répondit l’enfant en lui tendant les bras et lui offrant ses baisers les plus reconnaissants.

Le bonheur de Jane récompensait largement Mme Minot de ses peines.

« Désirez-vous encore quelque chose ? reprit-elle.

— Il me manque encore Jack, répondit Jane avec un sourire et un éclair de malice dans ses grands yeux.

— Vous avez raison, chérie, dit Mme Minot en souriant aussi. Je vais me hâter de vous l’amener, car sans cela je crois vraiment qu’il viendrait à cloche-pied. »

En effet, on entendait un vacarme infernal dans la chambre de Jack. Des cris, des éclats de rire et des coups de sifflet d’appel prouvaient clairement que le prisonnier attendait son tour avec impatience.

Ce fut à grand’peine que Jane put rester tranquille en entendant rouler dans le corridor la chaise longue de Jack. Enfin il arriva sur le seuil de la porte.

« Voilà ce que j’appelle quelque chose de réussi ! » s’écria-t-il.

Puis il poussa un cri de joie en voyant Jane qui lui tendait les bras et lui criait joyeusement :

« Me voilà ! me voilà ! Oh ! venez vite ! »

Les deux chaises longues furent mises cote à côte au coin du feu, et les deux amis s’écrièrent d’un commun accord :