Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
64
JACK ET JANE.

En un clin d’œil, miss Jane fut déposée dans l’antre des garçons, sans avoir eu le temps de sentir le moindre froid ou d’éprouver la moindre fatigue.

Mme Minot était là. Elle accueillit sa petite amie de la manière la plus cordiale, mais Jane ne l’entendait même pas : elle poussa un grand cri et resta muette de surprise et de bonheur.

Cette chambre était transformée. On eût dit un jardin d’hiver ; on se fût cru dans un de ces endroits féeriques qui figurent dans les rêves de tous les enfants, et qui réunissent à la fois les agréments de l’extérieur et de l’intérieur.

Le plafond était peint en bleu azuré comme la voûte du ciel et étoilé comme un firmament ; les murs étaient recouverts d’un papier représentant un treillis rustique, le long duquel s’enroulaient si naturellement des volubilis de toutes nuances, que leurs clochettes paraissaient se balancer au gré du vent. Des oiseaux et des papillons voltigeaient au milieu des fleurs. Ce monde ensoleillé formait un contraste frappant avec le paysage d’hiver que l’on apercevait au dehors. Les fenêtres, entourées de guirlandes de houx, n’avaient pour rideaux que des fleurs naturelles, et le regard s’étendait au loin sur la campagne couverte de neige. Le plancher était recouvert d’étoffe verte, formant comme un tapis de gazon ; des tables et des chaises de jardin étaient disséminées partout, et un magnifique sapin, planté dans une immense caisse verte, trônait au milieu de la chambre en attendant sa cargaison de cadeaux et de bougies. Une énorme bûche flambait dans l’âtre, la cheminée était entourée, de fleurs, et on y lisait ces mots formés