Page:Alembert - Traité de dynamique (1758).djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
EPITRE.

m’a inspiré le désir & la confiance de Vous l’offrir. Je souhaiterois l’avoir rendu digne de la postérité, pour faire parvenir jusqu’à elle le seul témoignage que je puisse vous donner de mon attachement & de ma reconnoissance. De toutes les vérités contenues dans cet Ouvrage, la plus précieuse pour moi est l’expression d’un sentiment si noble & si juste. Moins j’ai cherché les bienfaiteurs, moins je dois oublier ceux qui ont voulu être les miens, & les graces dont sa Majesté m’a honoré, toujours présentes à mon cœur, me rappelleront sans cesse ce que je dois au Ministre qui me les a obtenues. Puissent, Monseigneur, les Sciences & les Lettres, fideles à conserver le souvenir de ceux qui les ont aimées, célébrer d’une maniere digne de la France & de Vous