Page:Alexis - Le Collage.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
190
LE COLLAGE

chapeau à côté de moi sur une chaise, je le repris à la main. Et, le silence devenant gênant, je cherchais quelque chose à dire. Mais je ne trouvais rien, maintenant, j’aurais voulu être parti.

— À propos, dis-je enfin, j’allais oublier le but principal de ma visite. J’ai quelque chose pour vous.

Et, tirant mon portefeuille, je lui remis une lettre, de l’acquéreur de sa maison à X…, contenant un chèque de la moitié de la somme encore due, et un renouvellement de billet pour le reste. Nous échangeâmes quelques phrases distraites sur des sujets indifférents. Puis, je me levai.

— Avez-vous à me charger d’une commission quelconque ?

— D’aucune… Merci.

Cette fois, elle ne me retenait plus.

— Et Lucienne ! je voudrais l’embrasser encore.

— Attendez.

Elle sonna. La bonne vint. Mais Lucienne, un peu fatiguée, avait fini par se laisser mettre sur son lit. Maintenant, elle dormait.

— Il ne faut pas la réveiller. Hélène, vous l’embrasserez pour moi.

— Mais vous ne quittez pas encore Paris… Quand reviendrez-vous ?

— Je n’en sais rien… En tout cas, je vous fais mes adieux.

Et elle me tendit sa main, que je gardai un