Page:Alfred de Bougy - Le Tour du Léman.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Depuis lors la ville a pour blason un écu parti d’or à l’aigle de sable, et de gueules à la clef d’or.




P.S.

Je reviens du théâtre qui est joli et où I’on a donné le Domino noir, la plus agréable production d’Auber, selon moi. J’ai trouvé l’exécution de cet opéra extrêmement faible. — Quelle différence de ces chanteurs et chanteuses sans voix avec ceux de la salle Favart qui pourtant n’en ont guère !

Nous nous plaignons de nos artistes lyriques et dramatiques, et nous ne savons les goûter que quand nous revenons de la province.

Il n’était pas permis sous Calvin (et cette prohibition dura jusque vers la fin du siècle dernier) de bâtir de théâtres à Genève et dans toute l’étendue de son territoire.

Les amateurs, pour satisfaire leur goût, se rendaient à Châtelaine, localité voisine appartenant alors à la France, où l’on avait fait élever un théâtre.