Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/174

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
CYBÈLE

le lieu qui fut jadis New-Yorck, non plus matériellement la même, car le bronze en avait été plusieurs fois renouvelé, mais sa reproduction fidèle qui avait religieusement perpétué la création de Bartholdi. Seulement l’aspect en était bien changé, et la statue dont l’immense socle n’était plus visible semblait maintenant marcher sur les flots.

Il va sans dire que l’Europe n’avait pas été plus épargnée : non seulement la Russie dont il ne restait plus guère que les grands massifs du Caucase et de l’Oural, mais la Prusse, le Danemarck et les Pays-Bas avaient disparu ; la Scandinavie formait une grande île où se creusaient de nouveaux fiords ; la Grande-Bretagne était considérablement réduite, et la France avait vu engloutir ses riches provinces du Nord, laissant seulement voir leurs places quelques archipels encore habités pourtant pour la plupart. De vastes lagunes rendaient impraticables d’autres parties que la mer semblait épargner encore, et le sol parisien voyait se recommencer le travail du formation d’un nouveau terrain marneux ou sablonneux qui compterait plus tard au nombre des couches géologiques de ce sol si souvent transformé, mais où les carriers de l’avenir en leurs fouilles, mettraient à découvert bien autre chose que des coquillages lacustres ou marins, ou des silex et des poteries préhistoriques.