Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
CYBÈLE

Namo va parer au plus pressé. Justement j’entends venir Mirta, notre excellente gouvernante, qu’on nous envoie. C’est la providence qui veille à tout dans cette maison et qui va vous donner ses premiers soins. Ma bonne Mirta ! cria le professeur en sortant de l’appartement pour prévenir celle qui allait se montrer, avant toute autre chose, je vous engage à vous munir d’un des habillements de mon élève qui siéra tout à fait à son ami de la même taille que lui.

Et tandis que la gouvernante retournait sur ses pas.

— Vous ne pourriez pas, mon cher, garder votre costume de la-bas sans être continuellement l’objet d’une indiscrète curiosité. Habillez-vous donc comme nous quand vous allez avoir fait votre première toilette. Autant tout de suite que plus tard. Et là-dessus je vous laisse pour quelques instants, car j’ai de mon côté à mettre un peu d’ordre dans mes affaires.

Peu après on frappait à la porte, et Marius allait ouvrir.

— Ciel ! Martine, est-ce bien toi ? Tiens, il faut que je t’embrasse. Mais que fais-je là ? Je m’abuse encore. Et le jeune homme s’arrêtait net au milieu de ses effusions, devant l’air étonné de la brave femme qui, ne comprenant rien à un si chaleureux accueil, se disait que c’était sans doute la coutume