Page:Allais - Pas de bile.djvu/169

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA NUIT BLANCHE
D’UN HUSSARD ROUGE


(MONOLOGUE POUR CADET)


Je me suis toujours demandé pourquoi on nomme nuits blanches celles qu’on passe hors de son lit. Moi, je viens d’en passer une, et je l’ai trouvée plutôt… verte.

Ce qui n’a pas empêché mon concierge, quand je suis rentré le matin, de me saluer d’un petit air… en homme qui dit :

— Ah ! ah ! mon gaillard, nous nous la coulons douce !