Page:Allais - Pas de bile.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et pourtant… Mais n’anticipons pas.

Il faut vous dire que j’étais amoureux depuis quelque temps.

Oh ! amoureux, vous savez !… pas à périr. Mais enfin, légèrement pincé, quoi !

C’était une petite blonde très gentille, avec des petits frisons plein le front. Tout le temps elle était à sa fenêtre, quand je passais.

À force de passer et de repasser, j’avais cru à la fin qu’elle me reconnaissait, et je lui adressais un petit sourire. Je m’étais même imaginé — vous savez comme on se fait des idées — qu’elle me souriait aussi.

C’était une erreur, j’en ai eu la preuve depuis, mais trop tard malheureusement.

Je me disais : « Faudra que j’aille voir ça, un jour. »

En attendant, je m’informe, habilement, sans avoir l’air de rien.