Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

LES REÎTRES


Or, un jour Hilarion fut tenté par un démon femelle qui lui présenta une coupe de vin et des fleurs.
Vies des Pères du désert.


Trois reîtres noirs, troussés chacun d’une bohémienne, essayaient, vers minuit, de s’introduire au moustier avec la clef de quelque ruse.

« Holà ! holà ! »

C’était un d’eux qui se haussait debout sur l’étrier.

« Holà ! un gîte contre l’orage ! Quelle méfiance avez-vous ? regardez au pertuis. Ces mignonnes qui nous lient en croupe, ces barillets que nous guindons en bandoulière,