Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne sont-ce point filles de quinze ans et vin à boire ?

Le moustier semblait dormir.

« Holà ! holà ! »

C’était une d’elles grelottant de froid.

« Holà ! un gîte, au nom de la benoîte mère du Sauveur ! Nous sommes des pèlerins fourvoyés. La vitre de nos reliquaires, le bord de nos chaperons, les plis de nos manteaux ruissellent de pluie, et nos destriers, qui trébuchent de fatigue, ont perdu leurs fers par les chemins. »

Une clarté rayonna au mitan fendu de la porte.

« Arrière, démons de la nuit ! »

C’étaient le prieur et ses moines processionnellement armés de cierges.

« Arrière, filles du mensonge ! Dieu nous garde, si vous êtes chair et os, et si vous