Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Cela ne suffit pas.

— Les argentiers du roi vous compteront cent mille florins pour vous bouter le cœur au ventre.

— Tope ! nous rangeons autour des fleurs de lys de votre bannière la branche d’épine de nos bourguignotes. Que ramage la ballade ?

80

« Eh bien ! vos tentes sont-elles abattues ? vos basternes sont-elles chargés ? Décampons. — Oui, mes soudrilles, plantez ici à votre départ un gland, il sera, à votre retour un chêne ! »

Et l’on entendait aboyer les meutes de Jacques d’Arquiel qui courait le cerf à mi-côte.


III

Les routiers étaient en marche, s’éloignant par troupes, l’haquebutte sur l’épaule. Un