Page:Alquie - Le Nouveau Savoir-vivre universel tome 1.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de vue pratique et utile, et non au point de vue curieux et archéologiste.

Le savoir-vivre anglais est, dans bien des cas, totalement opposé aux usages français, et comme c’est le peuple avec lequel nous sommes exposés à nous trouver le plus en communication, je crois devoir en parler en détail.

La présentation obligatoire, qui était propre autrefois à ce pays, a été adoptée par la haute société française presque au même degré que chez lui ; je ne m’étendrai donc pas à ce sujet. En Angleterre, lorsqu’on arrive à la campagne ou à la ville, ce sont les voisins qui, contrairement à ce qui se passe en France, font visite les premiers aux nouveaux arrivés, lesquels doivent les attendre.

Un Anglais donnant le bras à une femme pour passer dans la salle à manger, la fait entrer la première, tandis que nous avons adopté l’usage contraire, ne serait-ce que par la juste raison qu’un cavalier doit être toujours prêt à écarter tout obstacle imprévu. Chez nos voisins, c’est la prééminence qui décide la question. Le droit de préséance, obéissant à des règles de hiérarchie inflexible, règne dans tous les rangs de la société anglaise ; ce n’est pas la femme qu’on