Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contre les prévenus et de faire exécuter les condamnés. De plus, le chapitre voulait choisir, ou paraître choisir, pour lever la fierte, celui de tous les prisonniers qui était le plus digne de cette grâce. De là la nécessité d’aller dans les prisons interroger tous les détenus qu’elles renfermaient, et recevoir leurs aveux sur les crimes à raison desquels ils prétendaient à la fierte. Enfin, le lendemain de l’Ascension, le prisonnier délivré la veille venait au chapitre entendre une remontrance sévère et prêter des sermens solennels. Dans notre Description historique du cérémonial de la fierte, nous suivrons l’ordre qui nous est indiqué par cette progression, et nous parlerons d’abord des cérémonies qui précédaient l’Ascension ; ensuite, du cérémonial pratiqué le jour même de la fête, et enfin de celui qui était observé le lendemain.


PREMIÈRE PARTIE.
Cérémonial avant l’Ascension.


Insinuation du privilége.

Dès le lundi de Quasimodo, le chapitre assemblé avait désigné les quatre chanoines qui devaient aller, cette année-là, insinuer le privilége de saint Romain au parlement, à la cour des Aides et au bailliage. Le lundi après la troisième semaine qui suivait Pâques, dix-huit jours avant l’Ascension, à huit heures du matin, ces quatre chanoines députés se réunissaient dans la cathédrale avec les quatre