Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapelains qui devaient les accompagner, et le tabellion ou secrétaire du chapitre, qui était toujours prêtre. Les chanoines étaient revêtus de leurs surplis et avaient leurs aumusses. Après avoir fait leur prière à genoux devant le crucifix, ces ecclésiastiques sortaient de la cathédrale. L’huissier-messager du chapitre les précédait, revêtu d’une robe mi-partie de rouge et de violet, coiffé d’un bonnet carré, et portant une verge ou bâton d’argent.


Ce que c’était qu’insinuer le privilége.

Insinuer le privilége, c’était le signifier, le notifier aux tribunaux, le leur faire inscrire de nouveau dans leurs registres, et les avertir de n’y point attenter. Cet usage avait pu être introduit dans un tems où l’échiquier ne tenant à Rouen ses assises que par intervalles, était souvent composé d’officiers nouveaux, de commissaires délégués par le roi, uniquement pour une session. Il fallait bien que le chapitre fît connaître à ces magistrats le titre ou le droit en vertu duquel ses députés venaient suspendre l’action de la justice criminelle ; le titre en vertu duquel ils viendraient, trois semaines après, leur demander un prisonnier et le soustraire à une condamnation capitale encourue ou déjà prononcée. Alors, insinuer était enseigner, comme le veut Saumaise. L’échiquier de Normandie étant devenu stationnaire en 1499, sous Louis XII, et ayant reçu, en 1515, de François Ier. le titre de parlement, on aura continué de notifier le privilège