Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’Ascension, au matin, réclame notre attention tout entière. Vers huit heures, les chanoines se réunissaient en assemblée générale dans la salle capitulaire. Le chapitre étant en séance et les portes ouvertes, l’huissier demandait, à haute voix, « si nul ne vouloit parler à la compagnie ? » Les personnes qui répondaient à cet appel étaient introduites successivement, debout et tête nue ; elles disaient au chapitre ce qu’elles avaient à lui dire, ou remettaient dans les mains de l’archevêque les lettres dont on les avait chargées. Souvent le chapitre vit les plus grands seigneurs venir ainsi à sa barre solliciter ses suffrages. En 1540, Jean De Luxembourg, évêque de Pamiers, abbé d’Yvry, accompagné de chapelains et de protonotaires, vint, au nom du duc d’Orléans, l’un des fils du roi François Ier., présenter des lettres de ce jeune prince, et parler au chapitre en faveur des quatre barons d’Aunay. En 1587, M. Barjot, président au grand-conseil, vint recommander au chapitre le sieur Des Aubus, son neveu, qui fut élu. En 1588, le président du Héron, « accompagné d’aucuns de ses amis, fist une ample requeste en faveur des sieurs De Becdaves, ses beaux-frères. » En 1621, Alexandre De Vendôme, grand-prieur de France, fils naturel de Henri IV et de Gabrielle D’Estrées, vint, le jour de l’Ascension, recommander au chapitre les sieurs De Beauregard, meurtriers du comte de Lévis-Charlus, chevalier des ordres du