Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre. Elle y resta jusqu’au 30 octobre, époque où elle fut enfin mise en liberté, à la sollicitation du chapitre et à l’occasion de l’entrée solennelle de Louis XIV et de la reine dans la ville de Paris, entrée qui avait eu lieu le 26 août précédent, lors du mariage du roi.

1663. Fait remarquable, relatif à la fierte.

En 1663, le parlement repoussa encore comme indignes les prisonniers élus par le chapitre ; mais, cette fois encore, le chapitre finit par l’emporter. Claude De Bouton, sieur de Bongenouil, étant logé chez le sieur De la Fontaine, son cousin-germain, avait abusé de la belle-fille de ce gentilhomme ; cité devant l’official de Beauvais, pour l’accomplissement d’une promesse de mariage écrite de son sang, qu’il avait donnée à cette jeune fille pour la mieux tromper, il s’était enfui en Franche-Comté, d’où il revint quelque tems après. Le sieur De la Fontaine était toujours aux aguets ; le 31 décembre 1661, ayant su que Bongenouil était à Gournay (en Bray), il y vint, accompagné des sieurs De Bouton de Chantemesle, cousins-germains du sieur De Bongenouil, et escorté d’une troupe de gens armés. Tous ensemble assaillirent Claude De Bouton de Bongenouil, qui mit l’épée à la main pour se défendre. C’était une rebellion à justice ; car il n’ignorait pas qu’ils étaient porteurs d’une commission de l’official de Beauvais, pour l’obliger d’accomplir son mariage. Tous ces gentilshommes,