Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et les nommés Robert Langlois et Pierre Martinet ; ils nourrissaient, contre ces derniers, des projets de vengeance. Bientôt avertis qu’ils étaient à Rouen, ils s’y rendirent avec la résolution de leur faire un mauvais parti. Ils allèrent souper dans une taverne, sur l’Eau-de-Robec, à l’enseigne de la Barge, où ils savaient que Le Monnier venait souvent. En effet, ce dernier y survint bientôt avec quelques amis, et se mit dans un cabinet contigu de celui où étaient Jehan Canu et les siens. Du vin ayant été apporté à Le Monnier, un de ses amis s’écria à haute voix : « Sang Dieu ! nous baillés-vous vin à laqués ? » A ce mot, Jehan Canu et les siens, qui étaient des laquais, sortirent furieux du cabinet où ils buvaient avec des filles, et se ruèrent, l’épée à la main, sur Le Monnier et ses camarades ; Le Monnier fut tué par Jehan Canu, et tous ses camarades furent blessés ; Canu et les siens s’enfuirent sains et saufs ; Canu alla gagner franchise dans l’église de Bourg-Achard.


1512. Fleury Pennel, de la paroisse de Montchaton, diocèse de Coutances.
    Il avait violé trois filles, et avait, en outre, commis nombre de larcins, de complicité avec un nommé Pierre Chevalier ; il avait volé des bêtes à laine, des boisseaux de blé, des queues-de-vin, du linge, de l’argent.
    Outre Chevalier, il avait pour complices les nommés Etienne Langlois, Martin Le Vicomte, et Jehan Yver, tous de Montchaton.


1513. Jacques De Folleville (noble homme), de la paroisse de Brionne, âgé de 24 ans.
    Guillaume De Folleville, son oncle, de la paroisse de Franqueville, plaidait depuis long-tems contre lui et contre ses cinq frères et sœurs, qu’il avait entrepris de dépouiller ou de ruiner par ses chicanes. Jacques De Folleville lui avait offert