Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nonancourt à être pendu, après avoir eu la main coupée. Le prêtre lui avait donné deux gros de Milan « duos grossos mediolanenses », pour l’engager à l’assister lors de ce crime.


1521. Robert Robert, sergent royal à Rouen, âgé de 28 ans, demeurant près de Saint-Martin-du-Pont.
    Son crime était bien récent. La veille de l’Ascension, après avoir joué à la paume et au boute-hors, dans un tripot, sur le port, avec le maître et plusieurs membres de la confrérie de Saint-Ouen, il alla boire avec eux, dans une taverne du Vieux-Marché. Là, ils furent injuriés par des marchands de Dieppe qui avaient joué avec eux, au tripot, et avaient eu le dessous.
    Un de ces marchands ayant traité Robert de bedeau, ce dernier prit son verdun (bâton) et en frappa à la jambe le nommé D’Entremont, qui, de son côté, le frappa de son estoc. Mais un second coup de verdun, que Robert donna à D’Entremont, l’étendit mort.


1522. Guillaume De Maistreville, âgé de 22 ans, de la paroisse d’Etrépagny.
    Ayant violé une femme à Etrépagny, et poursuivi par la justice, à raison de ce crime, il ne marcha plus qu’accompagné d’hommes armés, dits adventuriers.
    Peu de tems après, Jacques Aubert, lieutenant du bailli de Rouen, étant venu à Etrépagny, en vertu d’un ordre du roi, acheter des blés pour le besoin de la ville de Rouen, De Maistreville et ses amis soulevèrent le peuple contre lui. Eux et tous les mauvais sujets de l’endroit le poursuivirent, à main armée, en poussant des vociférations, et le menaçant de leurs armes. De Maistreville leva son poignard sur lui, en lui disant : « Qui me vouldroit croyre, jamaiz vous ne retourneriez à Rouen. » Gosset, un des compagnons de Maistreville, tira contre ce lieutenant une flèche qui faillit le tuer. Les lieutenans