Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du privilége de la fierte, conformément à la déclaration d’Henri IV, et qu’ils ne se pourvoiront contre les arrêts que le parlement rendra sur ce sujet, sinon par les voyes introduites par les ordonnances et déclarations des Roys, enregistrées au parlement. » Des conférences eurent lieu à ce sujet entre des députés des deux compagnies, et enfin le chapitre consentit à souscrire cette déclaration[1]. M. De Médavy, archevêque, ayant conseillé au chapitre de renvoyer des députés au parlement, aux fins de l’insinuation, on déféra à l’avis du prélat, et l’insinuation eut lieu le jeudi 19 mai, huit jours seulement avant l’Ascension ; ainsi les procédures criminelles et exécutions ne furent suspendues que pendant une semaine, ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Le jour de l’Ascension, deux prisonniers élus par le chapitre lui furent délivrés sans difficulté ; mais, hâtons-nous de dire que c’étaient des domestiques de M. Deshommets de Martainville, conseiller au parlement, qui les avait vivement recommandés à ses collègues et au chapitre. Nous entendions, il n’y a qu’un instant, l’abbé d’Aunay dire que « le chapitre ne délivroit guères de prisonniers où messieurs du parlement ne prîssent intérest, et où l’on n’eût quelque recommandation de leur

  1. Registre secret du parlement, du mercredi 18 mai 1672, et registres de l’ancien chapitre de Rouen.