Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/523

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sieur Plumetot, il fut attaqué, de la manière la plus violente, par Nicolas Debaux, berger d’un sieur Barbery, qui lui tira plusieurs coups de pistolet, sans le blesser. Robert Calais alla chercher son fusil, et, voyant Debaux le coucher en joue, il tira sur lui, et le tua.


1726. François Féré, âge de 20 ans, maître tapissier, demeurant à Rouen, dans la rue Beauvoisine, paroisse de Saint-Godard, archer du grand prévôt.

Vivien Féré, père du précédent, âgé de 54 ans, demeurant avec son fils, brigadier de la maréchaussée de la Haute-Normandie.

    Les deux frères Thiriau, archers de la maréchaussée, en voulaient à Vivien Féré père, qui, conduisant avec eux un déserteur à Givet, en Flandre, l’avait laissé échapper, peut-être volontairement. De retour à Rouen, ils avaient plusieurs fois cherché querelle au père et au fils. A la fin de juillet 1725, ayant rencontré François Féré dans la rue de la Renelle, ils lui avaient donné des coups de sabre. Le 15 août suivant, François Thiriau vint chercher Féré fils chez un vinaigrier près du bailliage. Féré le suivit, croyant qu’il avait quelque chose à lui dire. Dans la petite rue Saint-Laurent, Thiriau lui chercha querelle, et mit le sabre à la main. François Féré dégaina son épée, se mit en défense, et, se voyant en danger de perdre la vie, porta à Thiriau un coup d’épée qui fut mortel.


1727. Georges Lavoisé, âgé de 37 ans, facteur de bois, demeurant à Câtillon-en-Bray, et précédemment au Rouvray-en-Bray.
    On volait du bois de cotret et du bois de marque dans la vente dite la Queue-Bourguignon, confiée à sa garde, et les