Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/548

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



1776. Pierre Mainot, âgé de 39 ans, marchand de vin, intéressé dans plusieurs navires, demeurant à Canteleu-lez-Rouen.

Charles-André Delacroix, dit Tiennot, âgé de 23 ans, de Canteleu, journalier chez Pierre Mainot, ancien soldat dans le régiment de Nivernois, compagnie d’Amfreville.

    Le 22 novembre 1775, ils avaient tué, de complicité, au bas de Canteleu, sur le bord de la rivière, le nommé Rocque, brigadier dans les fermes, employé au poste du Val-de-la-Haie, qu’ils prirent ou feignirent de prendre pour un voleur. (Voir l’histoire.)


1777. Thomas Le Mire, âgé de 52 ans, de la paroisse de Berthouville, diocèse de Lisieux, garde de M. De Morsan, près de Bernay.
    Le 22 octobre 1774, revenant de Bernay à Morsan, il rencontra Nicolas Delamare (de Berthouville), accompagné de deux marchands de chevaux. Nicolas Delamare en voulait à Lemire, qui avait concouru à le faire arrêter précédemment pour un délit. Dès qu’il l’aperçut, il commença à l’insulter et s’avança vers lui en le menaçant. Le Mire avait son fusil ; il déclara plusieurs fois à Delamare que s’il continuait de le maltraiter, il se servirait de son arme. Delamare continuant de s’avancer en proférant des injures et des menaces, Le Mire fit feu sur lui et le tua.
    M. De Montholon, premier président au parlement, et le comte de Montholon, son frère, avaient sollicité vivement en faveur de Le Mire. Le registre du chapitre nous apprend que « cette compagnie étant assemblée dans la bibliothèque avant de commencer la cérémonie de la procession, ces deux personnages vinrent remercier la compagnie en corps, de ce