Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/606

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de Froger, évéque de Séez, ses suffragans, et dressa une espèce de procès-verbal de cette cérémonie[1].

J’ai trouvé la description de ce reliquaire dans un inventaire manuscrit du trésor de la cathédrale, dressé en 1184 ; on y lit :

« La châsse de Saint-Romain en or avec une crête d’argent dorée et des piliers en cuivre dorés qui sont sur les sommets avec des cristaux[2]. »

Ce précieux reliquaire dut s’enrichir encore des dons des fidèles, qui, à l’envi l’un de l’autre, lui léguaient leurs bijoux les plus précieux. « Je lesse mon signet (mon cachet) à mectre à la fierte monsieur Sainct-Roumain et cinq solz pour le faire attacher à la d. fierte ; — Je laisse pour être affiché à la châsse Sainct-Romain une croix d’or vieille fachon où il y a quatre rubis de petite valleur ; — Je donne à la fierte Sainct-Romain une verge d’or (anneau), où il y a ung diamant enchassé en façon de poincle : » Disent les testamens de plusieurs officiers de la cathédrale[3].

  1. « Rotrodus autem Rotom. archiepiscopus beatissimum confessorem pro pauperum indigentiis spoliatum, gloriosiùs revestivit, illumque de veteri capsâ educens in qua devotissimè quondam fuerat repositus, at que sigillis G… archiepiscopi Rotomagensis capituli, Johannis Cremensis tituli S. Chrisogoni presbyteri cardinalis, studiosiùs sigillatus, in feretro novo tam auro quam pretiosis lapidibus cooperto, assistentibus sibi Arnulfo Lexoviensi, et Frogerio Sagiensi episcopis, qui ad hoc specialiter convocati fuerant, cum reverentiâ et devotione reposuit, atque tam suo quàm capituli Rotom. necnon. et praedictorum episcoporum sigillis, sub multorum qui aderant prassentia consignavit. Factum est hoc anno ab incarnatione Domini mclxxix, indictione xii
    (Ex archivo cathedralis ecclesiœ.)
  2. « Feretrum sancti Romani de auro cum cristà argenti deauratâ et pilaribus de cupro deauratis qua e sunt in capitibus cum cristallis. »
    (Cartulaire de la cathédrale, à la bibliothèque de Rouen.)
  3. Voir Tombeaux de la Cathédrale de Rouen, par A. Deville, passim.