Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/632

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à nous présentées en jugement. Des quelles la teneur sera cy après incorporée, et sur le contenu en certains articles à nous baillés sur ce par les diz doyen et chapitre ; les quieulx sont cy après escrips, présens et appeléz à ces choses Jehan Le Dyacre Procureur du Roy nostre Sire au dit Bailliage, à aucunes des dictes journées, et aux autres Jehan Cavelier son substitut

Et premièrement s’ensuit la teneur des dictes lettres :

Charles, par la grâce de Dieu, Roy de France, au Bailly de Rouen ou à son lieutenant, salut. Nos bien amés les Doyen et chapitre de nostre église de Rouen nous ont humblenmeht exposé comme, de si longtemps qu’il n’est mémoire d’omme au contraire, et par l’usage et raison du Prévilège de Monseigneur Saint Roumain, lors archevesque de Rouen, obtenu, ou à cause d’aucuns miracles par lui faiz en sa vie comme il est voix commune, les diz supplians aient droit et soient en possession et saisine, chascun an, le lundi ensuivant le dymenche que l’en chante en l’Eglise : Jubilate, de envoier et députer aucuns chanoines de la dicte Eglise en l’abbit d’icelle, en la cohue de nostre chastel de Rouen ou ailleurs devers nos officiers au dit lieu, tenans et gardans nostre justice et juridiction, soit en plais, assise ou eschiquier ou autrement, insinuer le dit usage et Prévileige à celui ou ceulx qui tiennent le siége et gardent nostre juridiction ; et, aucune foiz, a esté insinué à aucuns nos prédécesseurs Roys en personne ; autre foiz aux chancelliers de France, aux Présidens et gens tenans l’Eschiquier de Normendie, au Bailli et vicomte de Rouen ou à leurs lieutenans ou commis. Et, depuis la dicte insinuacion d’icelui Prévilège, aucun prisonnier criminel qui soit en nos prisons, ou qui, depuis, y aviengne comme que ce soit jusquez ad ce que le dit Privilége ait eu son effect, ne doit estre molesté exécuté ne osté des dictes prisons. Et, ensement après icelle insinuacion ainsi faicte, ont accoustumé les ditz supplians envoier, le lundi, mardi et merquedi, devant la dicte Ascencion, deux chanoines prestres avec leur tabellion, et deux des chapelains de l’Eglise prestres, en nos dictes prisons de Rouen, lesquelles leur sont ouvertes par nos officiers, pour savoir les cas pourquoy les prisonniers qui y sont sont occupés et détenus ; selon lesquelz cas les dis de chapitre font leur eslection, à leur volenté, d’un des dis prisonniers, tel comme ilz le veulent eslire ; et leur est délivré par nos officiers celui qu’ils ont esleu et veullent demander au dit jour de l’Ascension ; au quel jour est faicte une procession solennelle à laquelle sont portéz plusieurs corps sains et reliques de la dicte Eglise ; et, en espécial, la fierte où repose le corps saint du dict Monseigneur Saint Roumain. Et font les dictes processions arrest et stacion en nostre marchié, en un lieu appelé la Viéz Tour, jusques ad ce que les dis deux chapelains, en l’abbit de l’Eglise, aient amené au dit lieu de la Viéz Tour le prisonnier ou prisonnière à eulx livré par nos officiers et mis hors de nos dictes pri-