Page:Amiel - Les Étrangères, 1876.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LVII

(4+4+6)



LA NUIT






Aux champs, silence. En la cité, passants, rumeurs, tapages :
Lanterne au flanc, roue à l’essor, volent les équipages ;
Les hommes las du poids du jour, le marchand, l’ouvrier,
En calculant perte et profit regagnent leur foyer.
Du marché vide au magasin, pour la nuit sont rentrées,
Comme les fruits, comme les fleurs, et graines et denrées,
Mais d’un jardin enclos de murs, montent les sons du cor ;
Quelque amoureux, par un concert fête sa belle, ou bien encor
Un bon vieillard à son printemps sourit. Et les fontaines
Laissent tomber leur frais murmure aux vasques toujours pleines.
Dans l’air bruni, le vieux clocher sonne paisible et doux ;