Page:Amiel - Les Étrangères, 1876.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





XIV



L’APPRENTI SORCIER






Enfin la maison il quitte
Le malin, le vieux sorcier !
Evoquons les esprits vite !
Car nous sommes du métier.
J’ai vu la finesse,
Faisons donc ici,
Le jour qu’il nous laisse,
Un prodige aussi.
Kourils prestes,
Mes bidets,
Farfadets,
Lutins lestes,