Page:Amiel - Les Étrangères, 1876.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et quand il s’en vint à trépas,
Villes et tout, il donne
A l’héritier de ses États,
Mais la coupe, à personne.

Dans la grand’salle des aïeux,
Haut, sur la mer profonde,
Il fait le banquet des adieux :
Chevaliers à la ronde.

Debout, le vieillard boit encor
Et prend congé du monde ;
Il a lancé la coupe d’or
Dans le flot bleu qui gronde.

Penché, la voit plongeant, des cieux
Dans la vague farouche,
Puis retombe et ferme les yeux ;
Plus ne rouvrit la bouche.


De l’allemand
Gœthe.